POPULATION

8430 habitants

Insee 2017

LES QUARTIERS

NYAMBOTITI - MSAKOUANI - CAVANI BE - TANAMALAZA

BAITILMAL - MADAMDALA - TANAFOU - GOULOUE - RIVIERE DES MANGUIERS...

Relief et maillage vert-bleu

- une ravine marquée creusée par le cours d’eau de gouloué

- deux avancées du relief recouvertes en grande partie par des boisements et des cultures, notam­ment au sud. C’est sur ce dernier relief que se situe le parc m’pweka.

- la présence d’une ripisylve épaisse associée au cours d’eau gouloué

- le remblai de passamainty, de moins grande en­vergure que celui de mtsapéré, participe également à l’identité du quartier-ville. Il se distingue éga­lement de celui de mtsapéré par son aspect plus habité et vivant. La partie sud du remblai est égale­ment cultivé (cultures maraîchères, arbres fruitiers, ambrovades…) et planté.

- la présence de la mangrove de passamainty / tsoundzou 1 dégradée par un certain nombre d’activités anthropiques : construction d’un terrain de foot, zones de pâturage, prélèvement de bois, dépôt de déchets et de déblais, ouvertures pour accéder à la mer ....

Habitat et activités

- un quartier-ville sectorisé entre l’ouest et l’est, l’amont et l’aval du cours d’eau. A l’ouest, on retrouve de l’habitat planifié, type opérations sim situé sur les versants. A l’est, il s’agit d’un habitat plus traditionnel inscrit dans la plaine.

Limites et dynamiques urbaines et paysagères

- comme sur le remblai de mtsapéré, le remblai de passamainty possède aussi sa mosquée un peu moins visible en raison de sa forme plus ramassée

- la ravine de gouloué constitue également un site d’intérêt paysager au même titre que la mangrove et la plage de dinga-dingani (deuxième plage de la commune).

- le parc m’pweka est aussi un élément structurant du paysage pour plusieurs raisons :

Urbanistique : il sert de coupure verte d’ur­banisation

Fonctionnelle : il offre des sentiers de pro­menade

Esthétique : il offre de beaux points de vue sur le lagon, passamainty et tsoundzou

Bien-être : il permet de « s’échapper de la ville »

Ce site a été réaménagé par l’association l’ade­dupass afin de le préserver de l’urbanisation et d’offrir à sa population un lieu de détente et de loisir.

Cet espace clé, entre deux quartiers-villes souffre toutefois d’un manque de visibilité.

- aujourd’hui encore, le cours d’eau de gouloué, dans sa partie médiane, constitue une limite à l’urbanisation. C’est seulement au niveau de l’embouchure de la rivière que la ville s’est développée sur les deux rives. Cette organisation s’explique en grande partie par le relief. La plupart des zones urbanisées à passamainty correspondent à un relief de fond de vallée.

Pourtant, des zones à urbaniser ont été déterminées de l’autre côté, sur la rive gauche de gouloué, sur des versants.

 

Espaces publics et déplacements

- le terre-plein de passamainty a la particularité de posséder plusieurs placettes et un faré sur sa par­tie nord

- présence du parc m’pweka, un des rares parcs avec la pointe mahabou sur la commune

- l’ancienne rn1-2 très fréquentée et en partie transformée en cheminements piétons

 

Enjeux et potentialités

- la ripisylve de la rivière gouloué et le parc m’pweka sont deux points forts du patri­moine naturel et paysager de passamainty. L’enjeu principal est de les valoriser et de les protéger.

- les versants en aval situés sur la rive gauche de la rivière gouloué constituent éga­lement des éléments précieux. Non urbanisés aujourd’hui, ils participent à une lecture plus claire des contours de la ville et à l’impression d’une cité plus « verte ». L’enjeu est de mener une réflexion sur les limites d’urbanisation.